Les fromages du Bercail au marché de Boitsfort tous les dimanches

Depuis quelques semaines, vous pourrez aussi trouver les fromages du Bercail au marché de Boitsfort à La Petite Remorque (en face du magasin OXFAM) . En effet, nous travaillons maintenant avec Alice et Noémie, deux jeunes vendeuses de produits paysans. Nous vous conseillons vivement d’aller découvrir leurs produits, c’est fabuleusement bon! Et puis, en achetant les fromages du Bercail chez elles, vous soutenez leur petite entreprise ainsi que le Bercail, c’est d’une pierre deux coups!

Pour ceux qui ne connaissent pas, le marché de Boitsfort c’est tous les dimanches sur la place Wiener, et les fromages y sont de 9h à 14h environ.

 

Mais bien sûr nous continuons aussi les ventes sur le Chant des Cailles, en prenant le relais, de 14h à 16h.

C’est certes une autre échelle de marché 🙂 mais vous y trouverez quand même en plus des traditionnels fromages du Bercail (fromages frais, épicés, affinés, camembert, yaourt et tommes), les herbes aromatiques d’Herbae et les fleurs à couper en auto-récolte (en ce moment les dahlias et glaïeuls sont en pleine floraison, c’est magnifique).

 

N’hésitez pas à transmettre l’info à vos connaissances, amis et famille, cet été est l’occasion rêvée de faire découvrir le Chant des Cailles à des personnes qui ne le connaissent pas encore!
Et puis ça nous évitera de nous retrouver seuls avec nos fromages devant un champ abandonné par tous les vacanciers… 🙂

Bel été à toutes et à tous…

La vie au Bercail

Bien le bonjour,

 

Il est grand temps de vous donner quelques nouvelles du côté du Bercail. C’est qu’il s’en est passé des choses ces derniers temps ! Comme d’habitude, direz-vous, et vous n’aurez pas tort.

La longue période des agnelages est enfin terminée, depuis le 18 mai. On peut maintenant compter tous nos moutons : ça nous fait un total de 40 agneaux tout ronds. Enfin, ils ne sont pas tous tout ronds, certains sont encore un peu maigres, suite à une maladie appelée la coccidiose, mais ils sont désormais en bonne convalescence, bien chouchoutés sur le Chant des Cailles et au Silex.

Hé oui, compter les moutons ne nous plonge pas toujours dans un doux sommeil tranquille. Quand on est berger, c’est plutôt l’inverse! Bien sûr, le côté bucolique nous enchante toujours, mais la vie est à plusieurs dimensions et notre métier est aussi fait, en plus des quotidiens émerveillements et tâches routinières, d’une multitude d’imprévus à gérer.

Allez, juste pour vous, pour découvrir les coulisses du Bercail, on vous propose en exclusivité ci-dessous un échantillon de l’interminable ribambelle de pensées qui jouent infatigablement à saute-moutons dans nos esprits perplexes.
Pour ce qui est des autres nouvelles, les premières tommes sont prêtes, après un mois et demi d’affinage. C’est encore un goût très doux, mais on n’allait pas vous faire attendre plus longtemps !

Vous trouverez aussi ici-bas quelques photos du chantier de vidage du fumier (merci aux courageux bras venus nous prêter main forte), et de celui de la tonte. Mais là on a fait encore une fois appel à des tondeurs professionnels, pour avoir des bons brins de laine comme il faut pour la faire filer. A trier d’abord attentivement !

Et puis il faut qu’on vous présente Geduld et Jack, les deux nouveaux béliers de la maison. Bon en fait ils ont le même âge que les premiers agneaux, mais ils sont promis à un grand avenir, en tout cas à plus d’avenir que leurs congénères, puisqu’ils devront normalement assurer la descendance pour l’année prochaine. On a été les chercher dans d’autres élevages, pour éviter la consanguinité.

L’un est blanc, l’autre est noir, mais il s’entendent très bien ! Pour la petite histoire quand on a mis le bélier noir, Jack, avec les autres agneaux, ils se sont effrayés, de ce mouton qui leur ressemble un peu mais moins que les autres. Cela dit, après quelques heures il était parfaitement accepté, et tout le monde pouvait de nouveau manger tranquille. Il faut croire que les moutons surmontent plus vite la peur de la différence que les humains…

Là-dessus, bonne lecture et à bientôt !

Le bercail

Pensées bergères…

Zut il n’y a presque plus de foin, où trouver des petits ballots bio ? Peut-être qu’on devrait acheter un petit tracteur, on pourrait prendre des grands ballots, c’est beaucoup moins cher… On pourrait aussi l’utiliser pour vider le fumier et puis l’épandre sur le champ,mais alors on y perd le côté convivial et participatif ? Est-ce cohérent ?
Aie, encore une mammite ? On lui donne des antibiotiques comme dit le vétérinaire, ou on risque d’essayer les produits naturels ? Qu’est-ce qu’on risque ? Est-ce qu’on fait comme il faut ? Pourquoi elles attrapent ça ?
Qui fait la traite demain ?
Est-ce qu’il y a encore du courant dans ces clôtures ? On dirait pas. Pas envie de tester…
On achète un bélier ou on prend un des jeunes d’ici ? Est-ce qu’il n’en faudrait pas deux? Mmh, deux fois plus de risques de se prendre un coup…
On taille les pommiers en axe vertical ou en gobelet ?
Tiens, elle boite, pourquoi ? Je ne vois rien… Trop de boue ?

Pourquoi elles bêlent ? Il y a moins de lait aujourd’hui, est-ce qu’elles ont besoin de plus de granulés en complément ? Ou on les change de parcelle? Il reste plein d’herbe mais elles râlent déjà… Faudrait-il resemer la prairie ? Ou l’amender en plus du fumier ?

Pfff, désolés que ça finisse comme ça pour toi, on a fait ce qu’on a pu…
Est-ce que ce qu’on fait est moral ?

Est-ce qu’on vermifuge d’office ou au cas par cas pour diminuer l’usage des produits vétérinaires ?
Est-ce que leurs agneaux leur manquent? Combien de temps ? Est-ce qu’on les exploite ? Si on arrête, les gens iront au supermarché. Si tout le monde arrête il n’y aura plus de moutons.
Pourquoi celui-là n’a pas l’air bien ? Qu’est-ce qu’on fait mal ? C’est le fils de qui encore ?
Est-ce qu’elle est pleine celle-là ? Misère, c’est une tête ou une patte que je sens là ? Elle va réussir à agneler toute seule ? Qu’est-ce que je vais pouvoir faire ? J’appelle le vétérinaire ?

Zut il n’y a plus de paille non plus. La paille bio est vraiment rare et chère.

Ah il faudra aussi qu’on discute de ça ensemble !

Est-ce qu’il faut absolument repeindre le sol de la fromagerie pour l’AFSCA? Oh, les grilles s’abiment, il faut les remplacer, mais par quoi ? L’AFSCA ne sait pas non plus nous dire ce qui est aux normes ou pas…
Est-ce qu’on aura assez de fromages ? On les met au frigo ? Ils n’affinent pas bien… Ils ne sont pas un peu trop salés ? Oups j’ai oublié le yaourt dans l’étuve .
En fait on aura surement trop de fromages… On fait quoi ? On risque une nouvelle recette ? On cherche de nouveaux débouchés ? Où ça ?
Mmh il ne sont peut-être pas assez salés en fait comme ça finalement… Bon la température de cette cave d’affinage est rebelle. On abdique ? On achète ? On isole ?
Ouh je ferais bien une sieste !

Est-ce qu’elles aiment bien quand je chante pendant la traite ? Elles chantent avec moi là ou elles se plaignent de ma prestation ? Ou d’autre chose qui m’échappe ?
Quand est-ce qu’on va caser la journée de taille des onglons ?
Les nouveaux mâles commencent à être grands, il faut les séparer des femelles.On les met où ? On n’a pas assez de terrains pour bien faire les rotations…Comment faire ?
Ca fait vraiment mal au coeur d’envoyer les mâles à l’abattoir. Est-ce que c’est mal? Que faire d’autre? Puisque les gens mangent de la viande, autant que ce soit des animaux qui ont bien vécu, c’est toujours ça en moins d’animaux de batterie.
Mais justement, après les avoir élevé pendant des mois, on les connait bien, c’est encore plus dur! Faut-il s’insensibiliser?

Travaille-t-on seuls et moins de jours, ou bien ensemble mais plus souvent ?
Il faut encore réparer la pompe, comment régler ça, j’y connais rien !
Ah, il faut enlever la paille de là, ça ne fait pas propre.
Comment se répartir les rémunérations ? Comment ouvrir plus le projet ?
Finalement qu’est-ce qu’il faut faire pour que la compta soit vraiment en ordre, il y a tant d’avis…
Encore un tuyau qui fuite. Où a-t-on bien pu ranger les embouts ?
Est-ce que les gens sont contents ? Et nous ?

Ca ne marche pas comme ça. Que faire d’autre ?
Est-ce un bon prix ? Qu’est-ce qu’un prix juste ?
Est-ce qu’on peut dire que le projet fonctionne bien ? Est-il viable ?

Pourquoi j’ai tellement de place dans ce tram ? Je sens encore le mouton ?

Je dois arrêter de penser au boulot.

Ne pas oublier ça.
Ne pas oublier ci.

Je dois arrêter de penser au boulot.

Tiens, je raconterais bien ça dans la newsletter…

 

 


La belle vie au Chant des Cailles

 

 


On s’attaque au fumier entassé et piétiné tout l’hiver, fourche après fourche, brouette après brouette.

 

 


Et le petit tas deviendra grand, très grand.

 

 


La tonte: toute une gymnastique!

 

 

 

 


Et voilà une belle toison! Plus qu’à la laver, carder, filer, etc.

 

 


Ah oui, ça surprend…

 

 


Et voici Geduld et Jack!

 

 

Fermeture de Farilu

Nous sommes au regret de vous annoncer que la boulangerie Farilu sera fermée à partir de ce jeudi 21 juillet et jusqu’au 16 août inclus!

Nous comprenons bien que pour celles et ceux qui ont l’habitude de prendre leurs fromages chez Farilu, cela va poser un problème. Normalement, ils ferment deux semaines mais là, c’est quand même un peu plus long…

Voici quelques pistes de solutions:

– vous pouvez venir sur le chant des cailles le dimanche de 14H à 16H. Ce sera l’occasion de vous revoir car on oublie un peu les têtes de ceux qui vont chez Farilu 😉

– vous pouvez attendre la réouverture de Farilu et récupérer tous les paniers qui n’ont pas encore été pris.

– vous pouvez nous écrire un mail à bercail@chantdescailles.be pour nous dire le fond de votre pensée ;-). Non, sérieusement, n’hésitez pas à nous dire si cela pose vraiment problème, nous essayerons d’arranger quelque chose pour l’année prochaine si cela se reproduit.

Au plaisir de se croiser bientôt!

Le temps passe

Sans même qu’on s’en rende compte, le temps passe. Nous voilà déjà dans la 6e semaine de la saison, les premiers agneaux ont déjà pris leurs quartiers sur le Chant des Cailles, et les derniers ne devraient plus tarder à naitre. Ces petits derniers d’ailleurs sont les enfants de celles qui gambadaient l’année passée sur le champ, quand elles étaient encore de jeunes agnelles. Les voici mamans ! Enfin presque, ce sont les dernières naissances tardives car on a attendu qu’elles aient un âge décent pour les mettre avec le bélier. Certaines d’ailleurs n’ont pas voulu de la maternité, et ont préféré revenir sur le champ avec les nouveau agneaux, vous les reconnaitrez facilement…

Bref, les feuillent poussent, les fleurs aussi, l’herbe pas assez vite, en tout cas c’est ce qu’en disent les brebis, mais elles trouvent toujours de quoi râler !

Et dernière info, cette semaine on a fait les premières tommes de l’année, à déguster dans environ un mois. Peut-être un rien trop salées, dû à un petit oubli dans la saumure…mais heureusement il en faut pour tous les goûts ! 😉

 

P1040271

Histoire de fumiers

Un peu tard c’est vrai, mais il y a quelques semaines on a enfin épandu dans la prairie le tas de fumier de l’année passée, qui trônait tout en compostant fièrement devant la bergerie. Il va maintenant fertiliser l’herbe et les pommiers.
Pour cela cette année on a fait appel à un petit tracteur, parce que nos dos se souviennent encore de ce chantier l’année passée. Et puis on n’était pas très contents du résultat.

Bref, cela faisait de la place pour le nouveau fumier, celui qui a été piétiné tout l’hiver par les brebis et qui leur tenait bien chaud. On l’a donc sorti courageusement, à la fourche celui-là, pendant toute une journée. Les fourches se croisent, les brouettes se remplissent, vont et viennent, le tas monte… Il prend dignement la succession de l’ancien tas.

Une bonne journée s’achève, une bonne chose de faite. Et quel plaisir de ne plus devoir marcher plié en 2 dans la bergerie!

Merci à tous ceux qui sont venus nous prêter main forte, sinon on y serait toujours!!!

Pour ceux qui ont raté ça, c’est bien triste, mais il y en aura d’autres, pas de soucis, les brebis y travaillent chaque jour!

P1040282

P1040285

P1040299

P1040302

« Cultivons la ville » au Chant des Cailles

cultivonsBesoin d’inspiration et de conseils pour aménager votre potager (ou culture en bacs) en ville, élever des poules, récolter votre miel ou encore planter votre verger ? Rendez-vous à la Semaine Cultivons la Ville du 23/04 au 01/05 !

Cet évènement s’inscrit dans le cadre de la stratégie Good Food de la Région bruxelloise, qui consiste en une série de mesures, de la fourche à la fourchette, pour « Mieux produire » et « Mieux manger ».

Durant une semaine, venez découvrir des initiatives individuelles ou collectives : entre potagers, poulaillers, vergers, ruchers, composts de quartiers, cultures de champignons ou encore d’herbes aromatiques, vous trouverez de quoi vous inspirer aux quatre coins de la Région bruxelloise. Des passionnés de la terre et du fait maison vous recevront chez eux et vous feront découvrir la production urbaine bruxelloise !

Objectif ? Montrer que cultiver en ville c’est possible et vous donner l’envie de passer à l’action !

Le Chant des Cailles y participe également, découvrez ci-dessous les diverses animations proposées.


Mini-marché à la Ferme du Chant des Cailles :
Description : Au mini-marché du Chant des Cailles vous pouvez trouver les produits de notre ferme: les fromages et autres produits à base du lait de nos brebis et les herbes aromatiques et plantes sauvages comestibles cultivés dans notre jardin de plantes.
Lors de l’activité, des bénévoles seront présents pour vous expliquer notre projet d’agriculture urbaine.

  • Dimanche 24 avril (14‑16h)
  • Dimanche 1er mai (14‑16h)

Visite guidée à La Ferme du Chant des Cailles :
Description : Nous vous proposons de découvrir les differents pôles profesionnels (les bergers, les maraîchers et les herboristes) et non-profesionels (le jardin collectif et le quartier durable) de la Ferme du Chant des Cailles, un projet d’agriculture urbaine à Watermael-Boitsfort.

  • Dimanche 24 avril (14h)
  • Dimanche 1er mai (14h)

Visite guidée du Jardin de plantes aromatiques de la Ferme du Chant des Cailles
Description : Nous vous accueillons dans notre jardin de production de plantes aromatiques, comestibles et médicinales pour une visite guidée. Nous vous proposons également une dégustation de tisanes à base de nos plantes.

  • Dimanche 24 avril (16h‑17h)
  • Jeudi 28 avril (17h‑18h)
  • Dimanche 1er mai (16h‑17h)

13092015-650D Chant des Cailles reportage complet 118

Sur la question des constructions sur le champ

Il y a presque 4 ans à présent, le formidable élan de la Ferme du Chant des Cailles est né sur le champ.

Par une belle après-midi d’été, nous avons été accueillis par le Logis, propriétaire du terrain, qui nous précisait d’emblée le caractère précaire de l’occupation qu’il nous proposait : des constructions viendraient un jour. Cette perspective en a découragé quelques-uns mais la très grande majorité de ceux qui étaient présents ce jour-là, a saisi cette occasion de vivre ensemble une aventure inédite.

Les activités de tous les pôles ont pris une ampleur dont peu, pas même nous, n’avaient osé rêver. Notre énergie et notre enthousiasme ont grandi d’autant plus que, très vite, la Commune et le Logis se sont prononcés pour le maintien des activités agricoles et pour que les constructions ne dépassent pas un tiers du champ. Ils prévoyaient aussi d’intégrer aux constructions une maison de quartier dont les locaux pourraient être utilisés en partage avec la Ferme.

Le projet de construction de logements est arrivé bien plus vite que nous l’avions imaginé. Nous avons alors invité Madame Frémault, ministre du Logement et de l’Environnement, à découvrir le champ. Après de nombreux contacts, elle nous a proposé de réfléchir à un projet exemplaire alliant logements et agriculture urbaine, et de participer au comité de pilotage prévu pour accompagner le projet de construction.

Nous restons néanmoins très inquiets des conséquences que peuvent avoir les constructions sur le champ, car elles risquent de mettre en péril l’équilibre des activités professionnelles de la Ferme et avec lui la dynamique citoyenne que ces activités ont impulsé dans le quartier car l’alliance qui s’est opérée ici entre producteurs et habitants est unique.

Nous avons aussi conscience des enjeux sociaux qui se jouent autour de nous et souhaitons être des acteurs positifs des changements qui s’opèrent aujourd’hui dans les Cités jardins. Pour cela, nous avons besoin d’un espace qui permette la viabilité économique des pôles professionnels, qui nous permette de nous rassembler et qui suscite l’envie de tous de participer à notre dynamique.

Face à la perspective de voir des constructions sur le champ, nous avons accepté de participer au processus qui nous était proposé afin que le projet qui sortira de terre rencontre au mieux les besoins de la Ferme pour que ses activités puissent être pérennes. Mais bien sûr, si les acteurs du projet de construction sur le champ s’accordaient pour en modifier l’implantation, nous verrions l’avenir plus sereinement.

Aujourd’hui, la commune a entamé une réflexion avec Le Logis et le Floréal pour évaluer la possibilité de construire ces logements ailleurs, dans le quartier, sur un terrain constructible appartenant à Floréal. La Ferme a également été consultée dans ce processus.

Par ailleurs, un collectif de citoyens et de riverains non mandatés par l’ASBL La Ferme du Chant des Cailles a lancé une pétition demandant que le champ soit totalement préservé de toute construction.

Nous sommes touchés par les nombreuses marques de sympathie venant des citoyens, du Logis et de Floréal ainsi que des pouvoirs publics. Elles sont une réelle reconnaissance de notre travail sur le champ et de l’apport du projet du Chant des Cailles dans le quartier.

650D Cailles portes ouvertes 2015 233

Rendez-vous tous les dimanches sur le champ

N’hésitez pas à passer, pour voir, discuter, rencontrer, faire vos emplettes tous les dimanches de 14H à 16H sur le Chant des Cailles! Vous y trouverez tous les fromages du Bercail ainsi que les herbes aromatiques d’Herbae cultivées sur le champ!

Mais vous y trouverez aussi beaucoup de jardiniers qui cultivent leurs parcelles, les agneaux dans leur costume du dimanche, les légumes qui poussent patiemment, les recettes qui s’échangent entre 2 semis, les apéros improvisés, …
C’est un excellent moment pour y profiter de l’ambiance conviviale du champ, découvrir le projet et poser vos questions, etc.

Pour les retardataires, il est toujours possible de s’abonner aux fromages et aux herbes aromatiques en suivant ces liens:

Fromages du Bercail

Herbae

Les fromages chez Farilu

Nous avons le plaisir de vous annoncer le retour des fromages du Bercail chez Farilu à partir du lundi 4 avril! Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est une petite boulangerie extraordinaire qui fait du pain, des couques, des biscuits, des pâtisseries 100 % artisanales et presque 100% Bio et dans laquelle travaillent 15 jeunes en situation de déficience intellectuelle modérée. Elle se trouve dans la rue des Garennes, 71, entre les 3 Tilleuls et la place Wiener. Pas facile à trouver la première fois mais ensuite, on ne l’oublie plus! Horaires: du lundi au vendredi de 9h30 à 18h30 (www.farilu.be).

Un conseil: goûtez aussi la quiche des bergers, à base du fromage du Bercail, un vrai délice!

IMGP9922

Les fromages sont de retour! Et les agneaux aussi!

Bonjour à toutes et à tous,

Voilà, la saison est bel et bien lancée au Bercail, nous avons déjà 28 agneaux et nous venons de recommencer la traite! En effet ces garnements sont assez grands pour se passer de lait et, soit dit en passant, pour faire les 400 coups!

Donc on les envoie sur le Chant des Cailles pour continuer leur éducation avec vous!

Et du même coup les fromages sont de retour évidemment!

Le coup d’envoi est prévu

le dimanche 20 mars de 14H à 16H sur le Chant des Cailles!

Au programme: arrivée des premiers agneaux à 14H, vente de jus de pommes et surtout, arrivée des premiers fromages de la cuvée 2016!

A partir du 20 mars,vous retrouverez nos fromages:

  • Tous les dimanches sur le Chant des Cailles (av. des cailles), de 14h à 16h
  • Chez Farilu (boulangerie bio au 71 rue des Garennes) du lundi au vendredi de 9h30 à 18h30 !

Par contre, nous avons décidé de supprimer les permanences au Delvaux. Désolés pour celles et ceux qui y tenaient mais cela représentait vraiment trop de travail pour pas assez de monde au final.

Nous relançons également les abonnements du Bercail! Cet abonnement est un réel soutien à notre projet car il nous permet de mieux planifier les ventes sur l’année! En échange, on vous promet de bien vous chouchouter.

Pour plus d’infos sur les abonnements et pour vous inscrire, cliquez ici

N’hésitez pas à venir le 20 mars pour (re)découvrir les fromages et pour nous poser vos questions!

Attention, les abonnements débutent seulement le dimanche 27 mars!

Au plaisir de vous revoir le 20 mars pour fêter le retour des fromages et du printemps!