La vie au Bercail

Bien le bonjour,

 

Il est grand temps de vous donner quelques nouvelles du côté du Bercail. C’est qu’il s’en est passé des choses ces derniers temps ! Comme d’habitude, direz-vous, et vous n’aurez pas tort.

La longue période des agnelages est enfin terminée, depuis le 18 mai. On peut maintenant compter tous nos moutons : ça nous fait un total de 40 agneaux tout ronds. Enfin, ils ne sont pas tous tout ronds, certains sont encore un peu maigres, suite à une maladie appelée la coccidiose, mais ils sont désormais en bonne convalescence, bien chouchoutés sur le Chant des Cailles et au Silex.

Hé oui, compter les moutons ne nous plonge pas toujours dans un doux sommeil tranquille. Quand on est berger, c’est plutôt l’inverse! Bien sûr, le côté bucolique nous enchante toujours, mais la vie est à plusieurs dimensions et notre métier est aussi fait, en plus des quotidiens émerveillements et tâches routinières, d’une multitude d’imprévus à gérer.

Allez, juste pour vous, pour découvrir les coulisses du Bercail, on vous propose en exclusivité ci-dessous un échantillon de l’interminable ribambelle de pensées qui jouent infatigablement à saute-moutons dans nos esprits perplexes.
Pour ce qui est des autres nouvelles, les premières tommes sont prêtes, après un mois et demi d’affinage. C’est encore un goût très doux, mais on n’allait pas vous faire attendre plus longtemps !

Vous trouverez aussi ici-bas quelques photos du chantier de vidage du fumier (merci aux courageux bras venus nous prêter main forte), et de celui de la tonte. Mais là on a fait encore une fois appel à des tondeurs professionnels, pour avoir des bons brins de laine comme il faut pour la faire filer. A trier d’abord attentivement !

Et puis il faut qu’on vous présente Geduld et Jack, les deux nouveaux béliers de la maison. Bon en fait ils ont le même âge que les premiers agneaux, mais ils sont promis à un grand avenir, en tout cas à plus d’avenir que leurs congénères, puisqu’ils devront normalement assurer la descendance pour l’année prochaine. On a été les chercher dans d’autres élevages, pour éviter la consanguinité.

L’un est blanc, l’autre est noir, mais il s’entendent très bien ! Pour la petite histoire quand on a mis le bélier noir, Jack, avec les autres agneaux, ils se sont effrayés, de ce mouton qui leur ressemble un peu mais moins que les autres. Cela dit, après quelques heures il était parfaitement accepté, et tout le monde pouvait de nouveau manger tranquille. Il faut croire que les moutons surmontent plus vite la peur de la différence que les humains…

Là-dessus, bonne lecture et à bientôt !

Le bercail

Pensées bergères…

Zut il n’y a presque plus de foin, où trouver des petits ballots bio ? Peut-être qu’on devrait acheter un petit tracteur, on pourrait prendre des grands ballots, c’est beaucoup moins cher… On pourrait aussi l’utiliser pour vider le fumier et puis l’épandre sur le champ,mais alors on y perd le côté convivial et participatif ? Est-ce cohérent ?
Aie, encore une mammite ? On lui donne des antibiotiques comme dit le vétérinaire, ou on risque d’essayer les produits naturels ? Qu’est-ce qu’on risque ? Est-ce qu’on fait comme il faut ? Pourquoi elles attrapent ça ?
Qui fait la traite demain ?
Est-ce qu’il y a encore du courant dans ces clôtures ? On dirait pas. Pas envie de tester…
On achète un bélier ou on prend un des jeunes d’ici ? Est-ce qu’il n’en faudrait pas deux? Mmh, deux fois plus de risques de se prendre un coup…
On taille les pommiers en axe vertical ou en gobelet ?
Tiens, elle boite, pourquoi ? Je ne vois rien… Trop de boue ?

Pourquoi elles bêlent ? Il y a moins de lait aujourd’hui, est-ce qu’elles ont besoin de plus de granulés en complément ? Ou on les change de parcelle? Il reste plein d’herbe mais elles râlent déjà… Faudrait-il resemer la prairie ? Ou l’amender en plus du fumier ?

Pfff, désolés que ça finisse comme ça pour toi, on a fait ce qu’on a pu…
Est-ce que ce qu’on fait est moral ?

Est-ce qu’on vermifuge d’office ou au cas par cas pour diminuer l’usage des produits vétérinaires ?
Est-ce que leurs agneaux leur manquent? Combien de temps ? Est-ce qu’on les exploite ? Si on arrête, les gens iront au supermarché. Si tout le monde arrête il n’y aura plus de moutons.
Pourquoi celui-là n’a pas l’air bien ? Qu’est-ce qu’on fait mal ? C’est le fils de qui encore ?
Est-ce qu’elle est pleine celle-là ? Misère, c’est une tête ou une patte que je sens là ? Elle va réussir à agneler toute seule ? Qu’est-ce que je vais pouvoir faire ? J’appelle le vétérinaire ?

Zut il n’y a plus de paille non plus. La paille bio est vraiment rare et chère.

Ah il faudra aussi qu’on discute de ça ensemble !

Est-ce qu’il faut absolument repeindre le sol de la fromagerie pour l’AFSCA? Oh, les grilles s’abiment, il faut les remplacer, mais par quoi ? L’AFSCA ne sait pas non plus nous dire ce qui est aux normes ou pas…
Est-ce qu’on aura assez de fromages ? On les met au frigo ? Ils n’affinent pas bien… Ils ne sont pas un peu trop salés ? Oups j’ai oublié le yaourt dans l’étuve .
En fait on aura surement trop de fromages… On fait quoi ? On risque une nouvelle recette ? On cherche de nouveaux débouchés ? Où ça ?
Mmh il ne sont peut-être pas assez salés en fait comme ça finalement… Bon la température de cette cave d’affinage est rebelle. On abdique ? On achète ? On isole ?
Ouh je ferais bien une sieste !

Est-ce qu’elles aiment bien quand je chante pendant la traite ? Elles chantent avec moi là ou elles se plaignent de ma prestation ? Ou d’autre chose qui m’échappe ?
Quand est-ce qu’on va caser la journée de taille des onglons ?
Les nouveaux mâles commencent à être grands, il faut les séparer des femelles.On les met où ? On n’a pas assez de terrains pour bien faire les rotations…Comment faire ?
Ca fait vraiment mal au coeur d’envoyer les mâles à l’abattoir. Est-ce que c’est mal? Que faire d’autre? Puisque les gens mangent de la viande, autant que ce soit des animaux qui ont bien vécu, c’est toujours ça en moins d’animaux de batterie.
Mais justement, après les avoir élevé pendant des mois, on les connait bien, c’est encore plus dur! Faut-il s’insensibiliser?

Travaille-t-on seuls et moins de jours, ou bien ensemble mais plus souvent ?
Il faut encore réparer la pompe, comment régler ça, j’y connais rien !
Ah, il faut enlever la paille de là, ça ne fait pas propre.
Comment se répartir les rémunérations ? Comment ouvrir plus le projet ?
Finalement qu’est-ce qu’il faut faire pour que la compta soit vraiment en ordre, il y a tant d’avis…
Encore un tuyau qui fuite. Où a-t-on bien pu ranger les embouts ?
Est-ce que les gens sont contents ? Et nous ?

Ca ne marche pas comme ça. Que faire d’autre ?
Est-ce un bon prix ? Qu’est-ce qu’un prix juste ?
Est-ce qu’on peut dire que le projet fonctionne bien ? Est-il viable ?

Pourquoi j’ai tellement de place dans ce tram ? Je sens encore le mouton ?

Je dois arrêter de penser au boulot.

Ne pas oublier ça.
Ne pas oublier ci.

Je dois arrêter de penser au boulot.

Tiens, je raconterais bien ça dans la newsletter…

 

 


La belle vie au Chant des Cailles

 

 


On s’attaque au fumier entassé et piétiné tout l’hiver, fourche après fourche, brouette après brouette.

 

 


Et le petit tas deviendra grand, très grand.

 

 


La tonte: toute une gymnastique!

 

 

 

 


Et voilà une belle toison! Plus qu’à la laver, carder, filer, etc.

 

 


Ah oui, ça surprend…

 

 


Et voici Geduld et Jack!