Stage en Herboristerie chez Les Aromatiques du Chant des Cailles

Les Aromatiques du Chant des Cailles est un jeune projet (février 2019) de culture et transformation de plantes aromatiques. Actuellement, l’équipe des Aromatiques est composée de 2 permanents. L’une partant en congé de maternité, le pôle est à la recherche d’un/une ou de stagiaires (équivalent mi-temps  pour la période de septembre à décembre 2019).

Contexte

La Ferme du Chant des Cailles est un projet d’agriculture urbaine écologique et participatif situé à Watermael-Boitsfort. Les objectifs principaux du projet sont la production d’une alimentation saine et durable, la sensibilisation à une réalité agricole paysanne et la transition écologique et collective de nos quartiers. Plus d’infos sur le projet global : www.chantdescailles.be

Les Aromatiques a pour objectifs : la culture et production de plantes aromatiques et médicinales saines ; de proposer des produits frais et secs, utiles au quotidien des utilisateurs, et de qualité tant en fraîcheur, qu’en respect et teneur des vertus des plantes ;d’accompagner les utilisateurs des plantes vers plus d’autonomie d’utilisation des produits, de leur alimentation et de leur santé.

Cela se traduit par de multiples formules : balades, ateliers, rencontres, laboratoires mais aussi une offre en épices, bouquets frais, tisanes, abonnements etc. Autant de possibilités de faire voyager nos papilles. Pour plus de détails, sur nos produits ou sur nos ateliers, suivez les liens: notre Facebook & Site web.


Contenu du stage

Les activités principales qui sont proposées dans le cadre de ce stage sont :

  • Entretien de la parcelle: désherbage, paillage, taille, bouture, soins et culture.
  • Cueillette: de fleurs, feuilles et racines sur le champ et nomade (dans la commune)
  • Séchage: transport de la cueillette au séchoir, sa gestion pré et post séchage (tri, effeuillage, émondage, entrée et pesée, mise en place sur claies et suivi, gestion du déshumidificateur,…).
  • Conditionnement des produits : tri,pesée,mélange,emballage, étiquetage et stockage.
  • Livraison : préparation de commande et livraison.
  • Vente : 
    • sur le marché du Chant des Cailles : de bouquets d’aromates, boissons et sachets (marché du dimanche 13h-16h jusqu’à mi-octobre) Présence (minimum) 2 dimanches par mois.
    • sur les marchés spécial “fin d’année” : tisanes, mélange d’épices et co. 
  • Contact avec des bénévoles : communication, accueil, encadrement. 
  • Assistance des ateliers (optionnel)  : préparation et animation.
  • Soutien dans la communication (optionnel) : photos, petits articles, publication facebook…
  • Tester des recettes (optionnel).

Modalités pratiques

  • Le stage est essentiellement pratique, sur le terrain.
  • Des moments d’échange seront également organisés afin de transmettre aux stagiaires des connaissances plus théoriques/techniques.
  • Le stage est gratuit car il est considéré comme un échange.
  • La/le/les stagiaires s’engagent à effectuer 38 journées de stage réparties sur 15 semaines de la manière suivante : 2 journées et ½, par semaine (répartition à définir ensemble).
  • Les journées de stage sont à définir de commun accord avec les Aromatiques : soit des journées fixes de la semaine (ex: mardi, mercredi et vendredi, un dimanche sur deux) soit des journées variables en fonction des semaines. 
  • Les journées sont variables (selon la météo et les tâches), elles se passent de 9h à +/-17h.
  •  Chaque stagiaire devra signer une convention de stage.

Prérequis

  • un intérêt certain pour les plantes aromatiques et médicinales;
  • pas de formation dans le domaine souhaitée/exigée, mais c’est un plus, 
  • une vraie expérience de terrain (au sens large : maraîchage, jardinage, potager urbain et co), 
  • la volonté d’apprendre, 
  • la volonté de faire de ce stage une étape dans un parcours professionnel, est un plus.

Période

Possibilité de répartir le temps sur deux/plusieurs stagiaires. Donc à discuter…

  • du 6 septembre au 20 décembre 2019
  • équivalent mi-temps, environ 2 jours et demi par semaine

Prochaines étapes

  • Intéressé·e·s ? Envoyez-nous un mail en vous présentant succinctement et exposant vos attentes (qui répond au paragraphe « prérequis », expression libre, mais attention pas plus de 3 faces A4) :  aromatiques@chantdescailles.be 
  • Réponse souhaitée avant le dimanche 11/08, 23h.
  • Nous souhaitons vous rencontrer au préalable afin de discuter ensemble de nos attentes réciproques. Séance organisée le jeudi 22 et le vendredi 23 août 2019.
  • Le stage commence la semaine du 5 septembre 2019.

Infos et contacts:  aromatiques@chantdescailles.be / 0472 89 94 90 (Katia Czubik)

facebook.com/Les-Aromatiques-du-Chant-des-Cailles

Atelier SAULE sur l’avenir du quartier des Archiducs et du Chant des Cailles

L’équipe du projet Saule vous invite à réfléchir sur différents scénarios d’avenir pour le quartier des Archiducs et le Chant des Cailles.
Rendez-vous le mardi 18 juin de 19h à 21h30 au studio Logis pour passer un moment agréable entre voisins et partager vos opinions.
Venez nombreux, votre participation est importante. On se réjouit de vous y voir!

An’tchi: des textiles vraiment éthiques! Le dimanche 16 juin de 13H à 16H au Chant des Cailles

An’tchi propose une alternative à la confection des textiles industriels et ses dégâts néfastes, tout en valorisant des pratiques artisanales séculaires.

Vous trouverez chez An’tchi des vêtements et des accessoires en chanvre principalement, colorés à partir de teintures végétales.

Chaque pièce est unique.

Quelques mots d’Anne Weis:

Nous ne pouvons plus ignorer le prix de notre surconsommation de textiles, autant pour son impact sur l’être humain qui le confectionne que sur l’environnement, afin que nous puissions acheter, toujours à des prix plus bas, des tonnes de vêtements. Le textile entraîne aujourd’hui une des pires pollution. Entre les pesticides utilisés lors de sa culture et la quantité d’eau nécessaire pour que pousse le coton, ou celle des produits nocifs utilisés pour fabriquer des fibres synthétiques, ou le nombre de kilomètres incalculables effectué par le moindre vêtement pour faire pousser ses fibres ou les fabriquer, pour les teindre et pour confectionner les vêtements …toute une série alarmante de coûts sur la société, l’homme et la nature qui ne sont pas pris en compte dans le bas prix de ces vêtements issu de la fast fashion justement…

Aujourd’hui, en Europe, ne pas rejeter de produits polluants dans l’eau est une règle imposée par le programme REACH et mon travail y répond depuis le départ.

Je propose des teintures végétales sur textiles naturels et en particulier le textile de chanvre. Aussi en mélange, chanvre laine ou chanvre et soie, chanvre et coton. Ou sur des vêtements en coton de récupération. J’en fais des vêtements et des accessoires, mais aussi des coupons de tissus (2 à 3m en 150cm) ou des teintures murales, que des pièces uniques.

L’utilisation du chanvre est privilégiée, de qualité pure ou en mélange, avec du coton bio, de la laine, ou de la laine de yack. La culture du chanvre ne nécessite ni engrais, ni herbicides, contrairement à celle du coton, qui consomme un quart des insecticides utilisés sur la planète pour seulement 2,5% de la surface agricole mondiale. Mieux, le chanvre régénère la terre dans laquelle il pousse et n’a pas d’extraordinaires besoins en eau en raison de la longueur de ses racines.  Une fois transformée en textile, cette fibre plus résistante à l’usure est aussi thermorégulatrice et antiallergique… les lavages la rendent plus souple et douce.

On peut produire trois fois plus de fibres de chanvre que de coton sur la même surface. Autrefois cultivée partout, cette plante est bien connue pour ses multiples vertus pour les textiles, l’élevage, la papeterie, les cosmétiques, la construction, l’apport en protéines de ses graines…Le chanvre a été relégué aux oubliettes par les groupes de pression anti-chanvre lancés par les magnats de l’industrie papetière et après la création de la machine à égrener le coton. En 1937, le Marihuana Tax Act rend la culture du chanvre économiquement impossible dans toute une partie du monde, participe à la déforestation massive du Canada et des États-Unis pour le papier et soutient le développement du coton et des produits chimiques nécessaires à sa production par les mêmes industries…A l’heure actuelle, des nouvelles variétés dépourvues de molécules psychotropes (le THC) sont développées et la culture du chanvre est à nouveau autorisée en Europe.

Ainsi, le renouveau du chanvre autorise les recherches et la production ; les nouvelles approches qu’on en fait résultent de perspectives environnementales et alimentaires indéniables et sont par conséquent à soutenir absolument et même plus que jamais.

Les teintures végétales permettent d’éviter la toxicité résultant de l’utilisation de produits chimiques lors des processus de coloration et de fixation ainsi que d’échapper aux allergies provoquées par les substances chimiques. L’utilisation de certaines essences de plantes en teinture pourrait même avoir un effet curatif sur certaines pathologies.

Mes couleurs sont extraites de végétaux pour la plupart indigènes, les plantes tinctoriales étrangères, quant à elles, sont achetées dans le cadre de projets éthiques. Les procédés de mordançages qui préparent la fibre aux teintures sont limités et répondent réellement aux contraintes environnementales (REACH).

Les techniques d’impressions utilisées à l’atelier sont issues du patrimoine culturel et artistique de tous les continents. Je pérennise ainsi des trésors de techniques qui disparaissent peu à peu, comme:

– le shibori : tie and dye japonais qui consiste à tordre, coudre, nouer, pincer ou plier le tissus pour y faire des réserves avant la teinture. A défaire après la teinture..  Certaines de ces techniques demandent des jours de travail.

– le katazome, ancètre japonais de la sérigraphie : consiste à découper le motif au cuter suivant un dessin pré établi retranscrit sur une radio médicale. A son origine, ces calques étaient découpés dans du papier de murier mais son coût est particulièrement élevé. J’ai recours à des radios vétérinaires, difficilement recyclable et lavables. Ce calque découpé servira à imprimer une pâte de réserve avant la teinture.

– les imprimés aux tampons de bois, pratique indienne d’impression sur tissus : certains ont été achetés en Inde, d’autres récupérés, d’autres dessinés et découpés à la demande par une sculpteuse. Ces tampons permettent d’imprimer différentes pates à mordants qui, une fois le tissu passé dans la teinture, révèleront des imprimés colorés.

– le bogolan, originaire d’afrique quant à lui, est un travail au baton (ou au pinceau) qui consiste à dessiner un motif pré établi à main levée avec une solution à base de fer épaissie sur un textile préalablement enduit de tanin

Mémorandum pour la préservation du Chant des Cailles

Nous demandons au futur gouvernement de préserver le projet de La Ferme du Chant des Cailles dans son entièreté.

Le 26 mai nous votons. Les partenaires du prochain Gouvernement devront alors se mettre d’accord sur la Déclaration de Politique Générale pour les 5 années à venir.

Nous souhaitons leur rappeler l’importance du projet de la Ferme du Chant des Cailles et leur demander la préservation du projet dans son entièreté.

En effet à ce jour un programme de construction menace toujours le champ.


“Mesdames, Messieurs les puissants, ne perdez pas de vue le rôle solidaire des filières alternatives, sans cohésion sociale, vos villes durables n’ont aucune chance”. Orsenna & Gilsoul, Désir de ville (2018)

Parce que La Ferme du Chant des Cailles est un modèle exemplaire d’agriculture urbaine grâce à :

  • son modèle économique de proximité, social, coopératif, circulaire et durable, ne dépendant pas de subsides structurels (13 emplois)
  • son modèle d’alimentation durable
  • son modèle d’agriculture agro-écologique sur petite surface
  • son mode de fonctionnement démocratique et participatif
  • sa participation citoyenne hors norme
  • son travail de cohésion sociale dans le quartier, sa dynamique interculturelle et intergénérationnelle
  • son développement exponentiel d’activités
  • le tout réalisé en à peine 6 ans d’existence

Nous demandons au futur Gouvernement de préserver le projet de La Ferme du Chant des Cailles dans son entièreté et donc :

  • de soutenir le projet d’agriculture urbaine développé actuellement dans son plein potentiel
  • d’abandonner le programme actuel de construction sur le champ sis avenue des Cailles à Watermael-Boitsfort
  • de pérenniser son accès à la terre par l’inscription de son activité d’agriculture urbaine dans les plans réglementaires

La Ferme du Chant des Cailles : un projet d’agriculture urbaine, participative et écologique

La Ferme du Chant des Cailles a pour but de s’inscrire dans la mise en œuvre d’une agriculture agro-écologique urbaine, de proximité, créatrice d’emplois et de biodiversité, ainsi que dans la volonté de sensibiliser et contribuer à l’éducation à l’agro-écologie et à l’alimentation saine et durable.

Grâce au soutien du Logis, société coopérative de logements sociaux, propriétaire du lieu, qui a mis à titre précaire et gratuitement ce terrain à la disposition de citoyens et professionnels motivés, le champ des Cailles, encore en friche en 2012, accueille aujourd’hui l’asbl de la Ferme du Chant des Cailles et ses pôles d’activités florissantes.

Ces activités ont permis de créer 13 emplois et la Coopérative du Chant des Cailles réunissant 175 coopérateurs détenant l’entièreté de l’outil de production des pôles professionnels.

Trois pôles professionnels :

  • Les Maraîchers du Chant des Cailles : fournissent annuellement 388 personnes du quartier en légumes frais sans pesticides et produisent des fleurs à couper, le tout récoltable directement sur le champ (5 emplois);
  • Le Bercail : élevage de 42 brebis laitières et d’une 60aine d’agneaux. Une production de 30.000 fromages et yaourts, 9.000 boules de glace, 1.500l de jus de pomme par an, ainsi que des colis de viande et de la laine. A cela s’ajoutent des brebis éco-pâtureuses entretenant des espaces verts privés et communaux (6 emplois);
  • Les Aromatiques du Chant des Cailles : 2 personnes développent la production et la transformation d’herbes aromatiques, ainsi que des animations dans le quartier autour de leur production (2 emplois).

Deux pôles citoyens :

  • Le Jardin Collectif : environ 70 citoyens qui se partagent la gestion du Jardin dans un esprit de convivialité et d’échange de savoirs, avec la volonté de cultiver dans le respect du sol et de la biodiversité;
  • Le Quartier Durable : groupe d’habitants organisant des activités autogérées par et pour les habitants du quartier, allant de l’organisation de fêtes,  la création de poulaillers collectif à l’ouverture d’une épicerie participative. (300 participants).

Un grand nombre d’activités sont organisées conjointement par certains ou l’ensemble de ces pôles, que ce soit avec une visée pédagogique ou une volonté d’ouverture au quartier et de cohésion sociale.

Ainsi, on peut citer :

  • Les activités pédagogiques qui consistent en l’accueil de classes pour des activités sur le Chant des Cailles mais aussi en l’accueil de groupes d’enfants et d’adultes tout au long de l’année. Les objectifs principaux de ces visites sont l’éducation à l’environnement, à la biodiversité et à l’agriculture urbaine, avec le lien entre l’élevage et le soin à la terre nourricière ;
  • L’accueil au sein des pôles professionnel de personnes fragilisées par un handicap mental, par des événements de vie, burn-out… ;
  • Les visites et animations pour adultes, associations, concepteurs urbains,… ;
  • Les événements ponctuels tels que les fêtes de la FCC, les transhumances, la fête de la courge co-organisée avec le plan de cohésion sociale du Logis-Floréal, etc.

En créant des synergies entre des activités professionnelles et citoyennes, elle s’inscrit dans une perspective de relocalisation de l’économie, d’ouverture sur le quartier, de participation aux questions relatives à la vie du quartier, à l’alimentation durable, ainsi qu’à la protection de l’environnement.

La réussite et l’exemplarité du projet global reposent sur la complémentarité et l’interdépendance des différentes activités sur le champ. Amputer le champ d’une de ces activités, c’est lui ôter sa singularité et sa force.

Des activités génératrices de cohésion sociale

Les projets d’alimentation durable et l’agriculture urbaine développés au sein de la Ferme jouent un rôle essentiel en termes de création de liens et de solidarité.

En l’espace de seulement 6 années, le champ est devenu un lieu ouvert sur le quartier, où se côtoient des personnes de toutes origines, de tous milieux sociaux et de tous âges. Chacun peut venir s’y ressourcer, s’y reposer, s’y rencontrer, s’y promener. Le champ est un lieu de détente, un lieu de convivialité qui renforce la cohésion sociale dans le quartier.

Le projet contribue de manière remarquable à la mixité sociale, économique et intergénérationnelle. Il rapproche des groupes sociaux éloignés socialement et financièrement dans une commune dont 18% des logements sont des logements sociaux (la moyenne régionale se situe à 7%). Cette belle réalisation bénéficie également d’une reconnaissance qui dépasse le quartier.

Des partenariats ont été tissés avec le Logis-Floréal, la Maison de Quartier, le CPAS, les responsables du Plan de Cohésion Sociale, le centre culturel de “La Venerie”, les écoles et les associations de quartier. Tous ces acteurs collaborent à la création d’événements festifs, intergénérationnels, culturels ou pédagogiques,  ainsi qu’au travail d’éducation et d’éveil à la nature.

Les multiples activités développées par la Ferme du Chant des Cailles en font un lieu autour duquel la cohésion sociale se développe naturellement et sans aucun denier public.

Au fil des années, le projet rassemble de plus en plus de participants et de sympathisants, majoritairement de la Région bruxelloise (3375 abonnés à la newsletter). Le projet est aussi reconnu internationalement comme en témoignent les nombreuses demandes de visites  d’universités ou d’organismes reconnus.

Il s’ensuit que le projet de la Ferme dispose d’un large réseau, de relais importants (multiples compétences à disposition par les utilisateurs du projet) et d’un soutien exceptionnel facilitant la création de nouveaux projets et leur poursuite de façon autonome.

En témoigne l’exceptionnelle réactivité de notre réseau pour faire face à l’incendie qui a ravagé une serre et une grosse partie de notre matériel. En deux semaines, la Ferme avait reconstruit sa serre grâce à près de 130 bénévoles se relayant sur le champ et les pertes financières dépassant les 21.000euros ont été entièrement couvertes par des dons.

Malgré l’exemplarité de ce projet vivant et porteur, il reste menacé par un programme de construction de 70 nouveaux logements.

Si le champ devait être réduit à 2/3 de sa superficie, son caractère exceptionnel à savoir l’interdépendance et la complémentarité des nombreuses activités mises en place dans un esprit de coopération citoyenne serait compromis faute d’espace alors que le nombre de bénéficiaires des activités et des produits du champ croît de façon exponentielle.

Si la Ferme était amputée d’une partie de ses espaces de production, elle se limiterait à un ersatz de Ferme. La Région perdrait ainsi l’occasion de disposer d’un site exemplatif d’agriculture urbaine où production alimentaire et initiatives citoyennes se construisent en synergie.

En outre, tout un quartier en perte d’espaces verts (voir les 4 chantiers prévus par le Plan Logement communal dans les quartiers Archiducs et Trois Tilleuls) clame son besoin de garder des lieux de respiration, de rencontres, de vie et d’éducation à l’environnement tel que la Ferme le propose. Les 800 nouveaux habitants auxquels s’ajouteront ceux qui occuperont les logements rénovés à Floréal seront également heureux d’en bénéficier.

L’intention du Gouvernement Régional était de « créer » sur le champ des Cailles un projet inclusif (logements et terre agricole) alors que, dans les faits, le projet existant est déjà inclusif à l’échelle du quartier.

C’est pourquoi nous plaidons pour une vision à l’échelle du quartier et non à l’échelle de la parcelle du champ.

Le quartier « statistique » Trois Tilleuls dont fait partie le champ des Cailles, ainsi que les 4 autres chantiers prévus à quelques centaines de mètres de là, concentre 59.58% de logements sociaux sur son territoire, ce qui représente un réel défi en termes de cohésion sociale. La Ferme du Chant des Cailles est un des acteurs clés pour relever ce défi.

Des constats alarmants qui accentuent la nécessité d’agir

Les prévisions en matière de climat et de ressources énergétiques sont alarmantes et amènent les grandes villes partout en Europe à repenser leurs modes de développement pour des raisons d’environnement, de santé et de qualité de vie. Pour Bruxelles aussi, il est urgent de repenser l’avenir et notamment en termes d’alimentation en produits frais, sains et de proximité.

La raréfaction des terres cultivables est un obstacle majeur à la résilience des villes et est déjà une difficulté pour l’implantation et la pérennisation de l’agriculture urbaine sur le territoire bruxellois. Qui plus est, l’agriculture urbaine n’a toujours pas de statut et n’est inscrite sur aucun plan en Région Bruxelles-Capitale.

On ne peut plus ignorer les défis liés à la crise climatique, à la diminution de biodiversité et à la question de la  justice sociale et cest bien à tout cela et donc aux différents objectifs de la stratégie Good Food que répond le projet de la Ferme du Chant des Cailles.

Une demande claire : l’abandon du programme actuel de construction sur le champ

En juillet 2017, le Gouvernement bruxellois sortant a gelé le programme de construction momentanément, le temps de laisser l’étude SAULE (Symbiose Agriculture Urbaine, Logement, Écosystème- étude financée par Innoviris) se terminer (mars 2020).

Aujourd’hui, nous demandons au futur Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale d’aller encore plus loin et d’abandonner définitivement le programme de construction afin de respecter l’engagement de la stratégie Good Food consistant en ce que « les espaces cultivés pour nourrir la ville [soient] préservés et multipliés dans les projets d’aménagement du territoire ».

Vous avez le pouvoir de préserver ce laboratoire citoyen exemplaire qui contribue à la stratégie Good Food et qui construit aujourd’hui la ville de demain en privilégiant l’environnement, la santé et le savoir vivre ensemble de ses citoyens, de leurs enfants et des générations à venir.

Nous réitérons notre demande de vous engager, vous et votre parti, à :

  • soutenir le projet d’agriculture urbaine développé actuellement dans son plein potentiel;
  • abandonner le programme actuel de construction sur le champ sis avenue des Cailles à Watermael-Boitsfort;
  • pérenniser son accès à la terre par l’inscription de son activité d’agriculture urbaine dans les plans réglementaires.

En cette veille d’élections régionales, nous nous ferons un plaisir de vous accueillir afin de vous expliquer notre projet de vive voix et vous montrer les lieux.

Nous ne manquerons pas de faire le relais de votre positionnement.

L’Assemblée Générale de la Ferme du Chant des Cailles

MERCI MERCI MERCI !! VOUS ÊTES EXCEPTIONNELS !!

Votre soutien suite à nos appels à coup de mains et à dons lancés peu après l’incendie a dépassé toutes nos espérances !

Le nombre de bras, de victuailles, de partages, de messages de soutien et de dons ont littéralement fait exploser nos compteurs et nos cœurs. A ce jour nous avons récolté 23.320 euros ; assez d’argent pour racheter tout le matériel perdu dans l’incendie dont le rachat s’élève à 21.500 euros.

Les nouveaux outils, les filets et les voiles sont commandés, la serre et l’abri à outils sont reconstruits et 2500 nouvelles graines de tomates, poivrons, piments et aubergines sont à nouveau en train de germer bien au chaud !

         

Au niveau matériel, c’est presque comme si rien ne s’était passé, au niveau émotionnel par contre nous en ressortons quelque peu chamboulés.

Nous avons sillonné les montagnes russes des émotions allant du désespoir et de la colère face aux dégâts jusqu’à la joie absolue de sentir que toute une communauté connue et inconnue nous soutenait de toutes parts. Nous sommes passés par la surprise de tant de réactions de soutien et de solidarité, le stress de devoir coordonner toutes les propositions d’aide, la tension quant à la saison qui n’attend pas, le nombre de bras venant prêter main forte aux équipes de terrain, les larmes de joie de recevoir un câlin de 30 petits écoliers à la fois marquant leur soutien… nous terminons ce périple avec le bonheur de fédérer tant de personnes autour d’un projet manifestement devenu indispensable pour nombreux d’entre vous.

Tout au long du chemin, il nous est également arrivé de ressentir une certaine gêne liée à cette solidarité hors norme. Des grosses tuiles (conditions météorologiques, difficultés économiques, lourdeur du travail,…), nos autres collègues maraîchers et agriculteurs en rencontrent souvent mais sans nécessairement avoir autant de soutien autour d’eux. Plus que conscients et reconnaissants de notre chance nous avons souvent eu une pensée pour eux et espérons qu’un jour notre réalité hors norme devienne LA norme pour tous les agriculteurs quels qu’ils soient !

Merci à toutes et à tous d’être venus confirmer que le principe de solidarité au sein de l’Agriculture Soutenue par la Communauté est et restera la piste la plus solide face à toutes les tuiles qu’agriculteurs mais aussi communautés peuvent rencontrer !

POUR VOS VICTUAILLES, COUPS DE MAINS, DONS ET PRÊT DE MATÉRIEL UN GRAND MERCI À : Annick, Luc, Corinne, Steven, Grégoire, Tom et Arthur, Jacques, Philippe et Annick, Serge, John, Yvan et Arnaud, Sophie et son petit Louis, Thomas, Clara, Kader, Karin, Raymond, Abdel, Stéphane, Sophie, Véronique, Lucile et son amie, Jen, Greet et Sofie, Dominique, Françoise, Jean, Colette, Anne, Magda, Jean, Françoise, Jacqueline, Marie-Odile et Alain, Jean-Luc, Alex, Guy et Claire, Jérôme et Amandine, Laïla, Bernard et Françoise, Ansel, Irène, Sylvain, Éric, Sandra, Anne, Henri, J-C et Godelieve, Violette et Martin, Chantal, Adeline et Katia, David, Pierre et Annik, Anneke, Fabien, Maarten, Johan, Céline, Joel, Cécile, Eric, Coline et son amie, Simon, Cécile,  Linda, Marie-Madly, Philippe, Patrick, Colette, Greta, Jan et Maurice, Fanny et Ilan, Louis, Laurence, Paul, Cécile, Julie, Raphaël et Christel, Marie-Claire, Sylvette, Eric, Daniel, Annick, Vitalija, Valérie, Suzanne, Franck et Claire, Ania, Alice, Laurent, Géraldine, Gabriela, Marcel, Aurore, Arnaud, Pascale, Anna et Michel, Anne et jean-François, Diane, Baudouin, Liliane, Annie, Martine, John, Nicolas, Catherine,…. et tous ceux et celles dont nous n’avons pas eu l’occasion de retenir ou noter le prénom !

 

POUR VOS DONS GÉNÉREUX UN GRAND MERCI À : Monique, Sophie, Claudio, Muriel, Jacques, Delphine, Véronique, Baudouin, Jean, Martine, Myriam et Luc, Lies, Abdel, Pascale, Claire, Philippe et Annick, Sylvie, Jehanne, Odette, Marianne, Marie, Guy et Véronique, Mohamed, Eliane, Patrick, Claire, Pia, Gisèle, Dominique, Georges-Alain, Alex, Patricia, Doreen, Nathalie, Joëlle, Christine, Anne-Laure, Céline, Antoine et Violette, Clara, Sophie, Cathy, Jean-Jacques, La Cabane, Philippe, Dominique, Marielle, Nathalie, Michelle, Manuel, Elisabeth, Amandine, Marie, Monica, Claire, Christine, Jacqueline, Véronique, Sophie, Franck et Claire, Stephan et Dorota, Claux, Véronique, Monique, Geoffroy, Françoise, Fabienne, Elza, Joëlle, Xavier, Catherine et William, Julie, Catherine, Nathalie, Angélique, Sabine, Christiane, Munoz, Dominique, Maud, Martine, Jacqueline, Diane et Alexis, Sophie, Sophie, Bernard, Patricia, Coline, Paul, Karin, Vincent, Emmanuelle, Marguerite, Saida, Anne, Robin, Romy et Philippe, Marie et Martin, Fanny, Alexandre, Emmanuel, Jean-Christophe, Hélène, Kate, Magda, Jacques, Julia, Yvonne, Joséphine, Luisa, Sophie, Gisèle, Isadora, Luc, Claude, Nicolas et Katia, Sam et Carla, Chantal, Yves et Mercedes, Florence, Daniel, Berengère, Annick, Eric, David, Jacques, Alfred, Mireille, Philippe, Geneviève et Bernard, Julie, Claudine, Gaëlle, Zofia, Ingrid, Marcelle, Claire, Zuzana, Elise, Katherine, Sophie, Patrick, Véronique, Richard, Pierre et Annick, Muriel, Odile, Baudouin, Catherine, Cédric, Milène, Françoise, Roberta, Anna, Dominique, Anna, Linda, Dominique, Jean-Luc, Godelieve, Marie-Claire, Pierre, Ulysse, David, Zoé, Laetitia, Fabienne, Valérie, Aline, Sylvie, Mara, Stéphanie, Géraldine, Myriam, Nell, Bérengère, Harold, Céline, Diana, Bernard, Lionel, Anne, Laura, Philippa, Myriam, Eric, Pascale, Mercedes, Claire, Véronique, Sylvie, Laurence, Josiane, Pierre, Axel, Jean-Baptiste, Nathalie, Laurent, Bertand et S., Antoinette, Anne, Geneviève, Anne-Lise, Françoise, Lena, Colette, Liliane et Robert, Aideen, Michel-A., Michèle, Michel, Marie, Françoise, Greta, Frédéric, Sébastien, Fabienne, Laurent, Emmanuelle, Marianne, Arnaud, Josephine, Annick, Guy et Chantal, Céline, Nicolas, Michel, Luc,… et tous ceux et celles dont nous n’avons pas le prénom.

 

UN GRAND MERCI AUSSI À : Farilu, La commune de Watermael-Boitsfort, Les élèves et instits de la 3e de la sapinière, La classe de Nancy à Ixelles, La ministre bruxelloise de l’environnement Céline Frémault, Bruxelles-Environnement et tous ceux et celles qui nous ont fait des propositions auxquelles nous n’avons même pas pu répondre.

Les marchés fermiers au Chant des Cailles tous les dimanches de 13H à 16H

Les marchés fermiers du dimanche au Chant des Cailles, c’est le meilleur moment pour venir (re)découvrir notre ferme urbaine écologique et collaborative au cœur de Watermael-Boitsfort.

Au programme tous les dimanches (de mars à octobre inclus) de 13H à 16H:

– découverte des agneaux, des poules, des lapins et des potagers
– vente des produits de la ferme: fromages et yaourts au lait de nos brebis
– cueillette de fleurs de saison (vous payez dans l’urne en fonction de votre récolte)
– vente de cornets de crème glacée au lait de nos brebis
– pic-nique fermier (pain + fromage au choix + crudités, herbes et fleurs insolites du Chant des Cailles + huile d’olive)
– boissons

Venez découvrir cette ferme hors du commun qui mélange production professionnelle et projet de quartier !

Adresse: avenue des Cailles, en face du n°32 à 1170 Watermael-Boitsfort

A tout bientôt !

Incendie au Champ des Cailles – Appel à dons

Alors que nous n’avions pas encore pu réparer nos grandes serres et venions de recoudre la toile du dôme du rond central déchirées par la tempête, la nuit de samedi à dimanche la Ferme du Chant des Cailles a été victime d’un incendie.

Une partie de l’abri à outils et une des serres pépinières de nos maraîchers ont été complètement détruits. Tous leurs semis de tomates, poivrons et aubergines ainsi que de nombreux outils et matériel indispensables à la production de légumes mais aussi la toile du dôme que nous venions de réparer ; tout est parti en fumée.

Heureusement notre voisine Annick à le sommeil léger et a pu alerter les pompiers. Sans leur intervention, les maraîchers perdaient tout. Les pompiers et la police ont qualifié l’incendie de non-accidentel. Nous attendons d’en savoir plus mais ne pensons pas à un réel acte malveillant.

 

La vue du sinistre le dimanche matin a profondément choqué tout le monde, heureusement les premiers récolteurs, jardiniers et citoyens sympathisants étaient déjà là pour nous soutenir.

Un petit mail en interne de la ferme dimanche après-midi pour appeler à l’aide mais lundi matin il semblait déjà faire le tour de la toile.

De très nombreuses personnes se sont manifestées pour apporter leur aide, et mettre leur temps et leurs compétences au service du projet. Certains sont venus prêter main forte pour remettre la ferme en état, d’autres sont venus apporter du matériel, d’autres encore ont témoigné leur soutien et certains ont apporté à boire et à manger pour les troupes.

    

Grâce à vous, les images carbonisées font place à des images de solidarité, d’entraide et de générosité et confirment que c’est un projet que nous construisons ensemble et qui compte pour beaucoup de monde. Merci vraiment de tout cœur !!

Il nous reste néanmoins une dernière grosse problématique à résoudre: la question financière.

Le rachat du matériel détruit s’élèvera à plus de 15.000 euro, ce qui n’était pas du tout prévu au budget.

Vous êtes nombreux à nous avoir proposé une contribution financière. Ceux qui souhaitent peuvent réaliser un virement sur le compte BE05 0018 0623 4875 avec la mention « Don soutien incendie – votre adresse mail – votre nom et prénom »

D’avance, nous vous remercions de votre générosité et espérons pouvoir rapidement vous accueillir dans de bonnes conditions à la Ferme du Chant des Cailles.

Portes Ouvertes du Bercail dimanche 10 mars de 13H à 17H30

Retrouvez-nous ce dimanche 10 mars pour relancer en beauté la saison des fromages et yaourts du Bercail !
Adresse du jour : Avenue Léopold Wiener, 22 à 1170 Watermael-Boitsfort (ce n’est donc pas au Chant des Cailles)
Ce sera l’occasion de découvrir l’endroit où sont fabriqués nos produits, de rencontrer les agneaux quand ils sont encore tout petiots et de participer au fameux « lâcher de brebis » qui est la première sortie de l’année des brebis et des agneaux en prairie !
Au programme :
  • 13h-17h : vente de nos produits + goûter champêtre
  • 13h30-15h30 : Atelier avec les agneaux
  • 14h : Visite du Bercail (bergerie et fromagerie)
  • 15h30-16h15 : Match d’impro
  • 16h30 : lâcher de brebis
  • 17h : observation de la traite
  • 17h30 : fin
Au plaisir de vous retrouver dimanche!

La Coopérative du Chant des Cailles recrute 2 saisonniers agricoles

La Coopérative du Chant des Cailles recrute :

  • 1 saisonnier.e agricole pour son activité de maraîchage
  • 1 saisonnier.e agricole pour son activité d’élevage de brebis-fromagerie (Le Bercail)

Envoyer CV et lettre de motivation par email à emploi@chantdescailles.be avant le dimanche 10 mars 2019 à minuit.

Merci de mentionner dans l’objet de votre mail une des formules suivantes:

  • Candidature saisonnier maraîchage
  • Candidature saisonnier bercail

Vous pouvez postuler pour les deux activités (merci d’envoyer deux mails distincts) mais la combinaison des deux activités n’est pas prévue.

Les entretiens auront lieu le vendredi 15 mars et lundi 18 mars.

Contrats envisagés :

Les contrats privilégiés sont les suivants (par ordre de préférence):

  1. Contrat ALE*
  2. Contrat de saisonnier agricole (accessible à tout le monde)
  3. Autre contrat en fonction des possibilités (via SMART,…)

En fonction des possibilités financières et des besoins de la coopérative ainsi que des compétences des saisonniers, une évolution vers un poste fixe est possible.

Merci de mentionner dans votre lettre de motivation si vous entrez dans les conditions pour un contrat ALE.

* personnes pouvant bénéficier d’un contrat ALE :

  1. les chômeurs complets indemnisés qui sont au chômage depuis 2 ans (ou 6 mois s’ils ont atteint l’âge de 45 ans)
  2. les personnes qui bénéficient du revenu d’intégration ou d’une aide sociale financière du CPAS et qui sont inscrites comme demandeur d’emploi inoccupé.

Projet et missions de la ferme :

La Ferme du Chant des Cailles est un projet d’agriculture urbaine écologique et participatif situé à Watermael-Boitsfort. Sa particularité est de combiner au sein d’un projet commun des pôles citoyens bénévoles et des pôles professionnels non subsidiés. Fin 2016, les pôles professionnels du Chant des Cailles se sont regroupés au sein de la coopérative à finalité sociale “La Coopérative du Chant des Cailles”. Les objectifs principaux du projet sont la production d’une alimentation saine et durable en utilisant des méthodes agro-écologiques en milieu urbain, la sensibilisation à une réalité agricole paysanne et la mobilisation citoyenne.

Poste de saisonnier au Maraîchage (pour le Bercail, voir plus bas)


Le pôle maraîchage s’occupe de la production diversifiée de légumes sur 1,3 ha destinés principalement à un système d’abonnement en auto-récolte (modèle des CSA). 370 personnes sont ainsi nourries toute l’année et viennent récolter eux-même leurs légumes. Les cultures sont menées de manière biologique et agro-écologique. Le pôle maraîchage produit également des fleurs à couper sur 7 ares .            

Fonction – tâches des saisonniers

Réalisation de toutes les tâches de terrain  nécessaires aux cultures de légumes et de fleurs notamment, par ordre de fréquence :

  • Entretien et travail du sol, épandage de compost, fumier, paillis
  • Installation et entretien des cultures en plein champ et en serre (semis, plantation, désherbage, arrosage, pose de bâche etc.)
  • Utilisation d’outils manuels et motoculteur
  • Réalisation de semis en pépinière
  • Entretien des outils et des espaces de travail
  • Aménagement d’espaces, installation de matériel (irrigation, bâches, etc.)
  • Plus rarement récolte de légumes, fruits et semences –  vente au marché


Profil     

  • Expérience probante en maraîchage/agriculture bio
  • Attrait pour le travail physique lourd à l’extérieur, même par mauvais temps
  • Envie d’apprendre
  • Être capable de travailler de manière autonome.
  • Être disponible et flexible dans les horaires.
  • Être capable et avoir envie de travailler en équipe
  • Avoir envie d’encadrer des bénévoles
  • Sens de l’efficacité, respect du matériel
  • Permis de conduire B est un plus.   

Conditions

  •  +/-600 heures au total à répartir entre début avril et fin septembre plus ou moins comme suit :
  • 3 jours/semaine en avril, 4 jours/semaine en mai – juin, 2 à 3 jours/semaine en juillet – août, 1 jour/semaine en septembre
  • Horaire essentiellement de jour en semaine avec occasionnellement du travail le week-end ou en soirée.
  • Lieu d’activité principal : avenue des cailles, 1170 Boitsfort
  • Lieu de travail occasionnel : Overijse.
  • Ambiance de travail agréable, en équipe et dans un lieu magnifique !

Poste de saisonnier pour l’activité d’élevage-fromagerie (Bercail):


Le Bercail est le pôle élevage de La Ferme du Chant des Cailles. Son activité principale est l’élevage de brebis laitières et la transformation du lait en fromages, yaourts et crèmes glacées. Les brebis paissent dans un vieux verger appartenant au Couvent Sainte Anne, situé à 400 mètres du Chant des Cailles.

Le Bercail s’occupe également de la valorisation des pommes en jus, de la laine des moutons, de la viande des agneaux et dernièrement de l’écopâturage (entretien des espaces verts par les brebis retraitées).

Fonction – tâches

Le rôle du saisonnier au Bercail est d’assurer les tâches journalières de certaines journées au Bercail. Les tâches à réaliser sont les suivantes:

  • Soins et alimentation des brebis
  • Traite manuelle des 45 brebis
  • Fromagerie: tâches diverses en fonction des jours (ex: réalisation de fromages frais, fabrication de yaourt, fabrication de crème glacée, fabrication de tommes, affinage, nettoyage,…)
  • Préparation et conditionnement des produits pour la vente
  • Livraisons et ventes

Le saisonnier sera responsable du bon déroulement des tâches à réaliser mais il sera aidé par un ou deux bénévoles/stagiaires qu’il devra coordonner et accompagner dans leur apprentissage pour mener à bien ces tâches.

Profil

  • Avoir une certaine expérience à la traite manuelle et dans la gestion d’une fromagerie.
  • Si vous avez peu ou pas d’expérience, nous offrons la possibilité de vous former chez nous avant d’être engagé (voir fin de l’offre).
  • Sens aigu de l’organisation et grande capacité dans la gestion de différentes tâches en simultané
  • Capacité de gérer une petite équipe de bénévoles/stagiaires et de les accompagner dans leur apprentissage
  • Grand sens de l’efficacité et de la propreté
  • Grande autonomie
  • Bonne gestion du stress
  • Disponibilité tous les week-end (samedi ou dimanche en alternance)
  • Envie de participer à un projet d’agriculture paysanne en milieu urbain
  • La possession du permis B est un atout  

Conditions de travail:

  • +/- 600 heures de travail au total entre mars et octobre 2019. Cela correspond à 2 à 3 jours de travail pendant 30 semaines.
  • Un jour de travail complet tous les week-end (samedi ou dimanche)
  • Lieu d’activité principal : avenue Wiener à Watermael-Boitsfort
  • Ambiance de travail agréable, en équipe et dans un lieu magnifique !

Pour les personnes qui sont peu ou pas expérimentées, nous proposons une formation accélérée à la traite manuelle et à la fromagerie afin d’être engagé par la suite. Cette formation (non rémunérée) se déroulera à partir de fin  mars 2019 et durera +/- 6 semaines en fonction de l’expérience et de la vitesse d’apprentissage du saisonnier. Si vous êtes intéressé(e)s par cette formation, mentionnez le clairement dans votre lettre de motivation.

Besoin d’une formation à la traite au préalable?

Pour les personnes qui sont peu ou pas expérimentées, nous proposons une formation accélérée à la traite manuelle et à la fromagerie afin d’être engagé par la suite. Cette formation (non rémunérée) se déroulera à partir de fin  mars 2019 et durera +/- 6 semaines en fonction de l’expérience et de la vitesse d’apprentissage du saisonnier. Si vous êtes intéressé(e)s par cette formation, mentionnez le clairement dans votre lettre de motivation.